Les inondations, problème récurrent des pays africains

Depuis quelques temps, les pays africains vivent les pires inondations de leur histoire, un record pluviométrique. De fortes pluies ayant causé des dégâts matériels et humains inestimables, alors même que l’Afrique peine encore à faire face à la pandémie de coronavirus.

Au même moment, cette période est marquée par de l’angoisse et de la crainte pour plusieurs  populations du Tchad, en passant par le Soudan voisin, le Cameroun, le Niger, le Mali, le Sénégal…

Dans les médias, on voit les sinistrés, ces damnés des eaux, écœurés, désemparés de leurs vies quotidiennes sous les eaux. Des familles sont obligées de chercher refuge ailleurs que leurs maisons respectives, car ces dernières sont inondées.

Quand les grandes villes sont inondées

La ville de Douala au Cameroun sous les eaux. Credit photo 📸 : Eccléssiaste Deudjui. Photo utiliser sous autorisation

L’on a vu ici et là des grandes villes comme Douala, Khartoum, Dakar, N’Djaména, Niamey, Ouagadougou sous les eaux. On retient de ces villes une image hideuse de leurs urbanisations. Il découle également de cette inondation un véritable calvaire qu’endure les populations les plus démunies vivant dans les zones dites reculées.

Cette catastrophe a causé et continue de causer autant des dégâts matériels qu’humains sur les paisibles citoyens. Beaucoup d’entre eux ont perdu leurs concessions, leurs proches… Et cela causera certainement des troubles psychologiques sur ces sinistrés.

Le silence des africains face à ce fléau

Il me semble que cette situation dramatique ne préoccupe nullement les africains et les pseudo-panafricanistes. Au contraire, lors des différents incidents qui se sont déroulés dans les pays d’Europe et d’Amérique comme par Exemple quand Notre Dame de Paris a pris feu, l’incendie sur la foret Amazonienne, l’affaire Charlie Hebdo ou encore la récente affaire de George Floyd, nous avons assisté à des multiples scénarios, une mobilisation de soutien aux victimes à travers des hashtags, des messages solennels, etc. Mais depuis que cette situation se vit sur le continent et ne fait qu’empirer, le silence a pris le dessus sur les Africains. Aucun mouvement ou soutien sur les réseaux sociaux.

Quelles solutions pour éviter une prochaine catastrophe ?

Pour rappel, il faut noter que l’inondation, est une catastrophe naturelle  qui peut revenir à tout moment. Les gouvernements et les populations sont déjà avertis. Il va falloir revoir le plan d’aide d’urgence. Prendre des initiatives et actions louables pour contrarier la prochaine inondation. Réaménager l’urbanisation des régions et grandes villes sur leurs canaux de drainages des eaux. Repenser les politiques d’aménagement du territoire qui répondront aux exigences. Investir massivement dans la construction des logements sociaux, mettre sur pieds des moyens de préventions pluviométriques assez solides, etc.

Mes pensées vont vers les parents et familles ayant perdu un proche suite à cette catastrophe.

Partagez

Auteur·e

mahmoudsabir

Commentaires