Au Tchad, la sixième édition du « Novembre Numérique » est lancée

L’Institut Français au Tchad, en collaboration avec le Tech-ub Wenaklabs, organise la sixième édition du « Novembre Numérique ». Un évènement très important pour sensibiliser la population à l’importance du numérique dans nos vies. 

Du 02 au 30 Novembre 2020, cet évènement se déroulera à N’Djaména, la capitale tchadienne. Un rendez-vous d’un mois autour des questions liées essentiellement aux enjeux du numérique au Tchad. Tout au cours de ce moment seront organisées plusieurs activités, parmi lesquelles de grands débats, un Hackaton (un marathon de programmation pendant lequel plusieurs dizaines de personnes se réunissent autour d’un projet collaboratif numérique) et d’autres rencontres. 

La thématique retenue pour cette année est la résilience numérique. Un thème phare, à l’heure où quasiment tout émane du numérique dans notre quotidien.

Mais avant tout, à quoi renvoie la notion de « résilience numérique » ?

D’une manière simple, la notion de résilience numérique désigne « un ensemble de compétences et  de précautions, dont ont besoin les individus, pour naviguer sur internet en toute sécurité, afin d’éviter les risques du monde numérique ». Autrement dit, la résilience numérique est la capacité à disposer des outils nécessaires, pour  affronter les menaces auxquelles nous sommes confrontés sur Internet. Pour aller plus loin, cette résilience, concerne toutes les couches de la société ; l’Etat, les entreprises, et les citoyens.

Pour un pays comme le Tchad , qui peine à s’introduire dans la révolution du monde numérique, à cause notamment du prix des forfaits internet, quelle résilience numérique faut-il adopter ? Je m’en vais également dans cet article, développer quelques points.

Miser sur l’éducation et la formation

Que ce soit l’Etat ou les acteurs locaux, il est impératif de se pencher sur cet aspect. Il est judicieux de miser sur la formation des jeunes aux outils numériques. Cette dernière doit aller de l’avant et non se limiter juste à l’apprentissage de Windows , Excel, Power Point et Word. Il faut donc promouvoir l’enseignement de l’informatique dans les lycées, au-delà de ces éléments cités plus tôt. Il va sans dire que le numérique est une voie par excellence pour le développement. Nous avons ici et là des exemples des pays comme le Rwanda, le Kenya et autres, qui ont réussi leurs coups.

Renforcer les capacités sur la sensibilisation

Il est aussi nécessaire de faire de la sensibilisation sur les risques que peuvent causer les outils numériques une priorité absolue. Cet aspect manque énormément au Tchad. Aujourd’hui, on y voit le public se laisser emporter par les nouvelles technologies de l’information et de la communication, sans penser le moindre instant aux risques qui vont avec. D’où la propagation des messages haineux et les fausses informations. Censurer l’internet pour freiner ces messages haineux sur les réseaux sociaux et la désinformation, n’est pas la solution idéale.

Est-ce tout ? Non.

 Tout au long de ce mois, si vous êtes à N’djamèna,  soyez  du coté de l’IFT (Institut Français du Tchad) et du Wenaklabs pour prendre part aux différentes activités qui développeront d’avantage, la résilience numérique.

A bientôt.

Partagez

Auteur·e

mahmoudsabir

Commentaires